18 février 2018

Tout en bas

Ce week-end, le coeur n'y était pas.

Samedi, avec Candice, nous sommes allées voir ma maman, hospitalisée quelques jours pour des examens.

En rentrant, j'ai cherché les mots pour rassurer ma grande fille. Mais j'étais tellement désemparée au fond de moi.

Ce dimanche, on a traîné longtemps en pyjama.

On a goûté le meilleur Panettone de la terre (enfin pour les parents, car les enfants n'aiment pas les fruits confits c'est bien connu ;-)

IMG_4687

IMG_4692

On a bougé les meubles de place (encore), bricolé un peu, les enfants se sont essayés au point de croix...

IMG_4674

IMG_4680

IMG_4688

IMG_4689

IMG_4690

Mais au fond de moi, le coeur n'y était pas.

J'appréhende cette semaine qui arrive.

Posté par camparisoda à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 février 2018

Déf. présomptueuse

Hier, au boulot, je me suis entendue dire que j’étais présomptueuse. Et il m’a été conseillée de chercher la définition dans le dictionnaire (au cas où je serais trop idiote pour connaître la définition exacte) et oui, j’ai des collègues formidables ;-)

La définition du dictionnaire la voici : Qui a une opinion très avantageuse de soi-même, de ses possibilités physiques ou intellectuelles. Synon. prétentieux, suffisant, vaniteux.

Toutes les personnes qui me connaissent ou qui me côtoient au quotidien savent que je suis exactement à l’opposé de cet adjectif ! Je n’ai jamais eu confiance en moi, bien au contraire, je me questionne beaucoup,  j’ai un grand besoin d’être rassurée, entourée et encouragée.

Alors présomptueuse ! C’est tellement décalé, énorme, que j’ai choisi de replacer cet adjectif dans toutes les conversations, les jours qui viennent. Car j’ai un énorrrrrrrrmmmmme défaut : je suis (très) susceptible !!! Et là, par contre, inutile de me le faire remarquer, je le sais déjà ;-)

Cet épisode me montre encore une fois mon incapacité à être comprise et surtout à comprendre les autres. Au travail, c'est un problème récurrent : quand je veux progresser et faire des propositions, je m'entends dire que je suis présomptueuse. Quand je reste à ma place, que je suis démotivée et blasée. Pas facile de se positionner ! 

Bref, je vais essayer de ne pas me décourager et d'aller de l'avant (sans présomption aucune, hein ;-) ahahahaahah !

  26734003_10155039529020880_8979323275983967933_n

Posté par camparisoda à 18:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2018

La crise

Elle survient comme un minuscule grain de sable. Un tout petit grain de sable, mais qui soudain va entraîner une montagne d'inquiétude. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, même enfant, j'ai toujours connu des crises d'angoisse.

Je ne peux pas lutter contre une crise : elle m'envahit totalement, mon corps et mon cerveau ne me répondent plus. Il y a le doute, il y a surtout la peur. Le ventre plié par la douleur, l'appétit coupé, les insomnies, les larmes qui surviennent à chaque instant... Je n'ai jamais réussi à les apprivoiser ces crises d'angoisse.

La dernière est arrivée vendredi soir, avec une mauvaise nouvelle. Je l'ai prise de plein fouet et j'ai littéralement sombré. A partir de là, inutile de d'essayer de me raisonner, de me rassurer, je ne vous entends plus. De me dire que ce n'est peut-être pas si grave, qu'il vaut mieux attendre d'en savoir plus avant de m'inquiéter. Mon cerveau, lui, a déjà imaginé les pires scénarios. Il y a des prémonitions. Des pressentiments.   

Il a fallu 4 jours de supplices, de tortures, pour mon entourage et moi-même, avant que des résultats complémentaires arrivent enfin et que je me calme.

Les analyses et les chiffres (réels cette fois et non plus imaginés par mon cerveau) m'ont convaincue que ce n'était peut-être pas si grave. 

Aujourd'hui j'ai été très calme. Parce que je suis lessivée, essorée, toute mon énergie a été bouffée par cette putain de crise d'angoisse. 

Malgré tout, je me suis occupée de mes enfants, j'ai avancé doucement mais sûrement.

J'ai compensé avec du chocolat. Un fondant au chocolat. On en a profité en famille, en plongeant directement la cuillère dans le plat.

IMG_4477

IMG_4479

Et je me suis jurée de prendre soin comme jamais de ma maman. 

Pour la sérénité, c'était en option chez moi, la case n'a pas été cochée avant ma naissance, alors voilà...

Posté par camparisoda à 18:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

08 décembre 2017

Des bas...

Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté cette semaine a été un peu rude. 

Allez viens, je te raconte ma life. C'est pas très intéressant, mais ça équivaut à une séance chez le psy, c'est toujours ça.

Je ne veux pas me lamenter, c'est juste un constat, ces derniers jours, il y a eu une accumulation de petites choses pas cool du tout (du tout). Toutes petites, hein, mais quand même...

Jour 1 - J'ai commencé la semaine en beauté. Lundi matin 6h30, en partant travailler, un chevreuil a foncé sur ma voiture. Bilan : une grosse frayeur (pour l'animal, le pauvre, j'en étais navrée, et puis pour moi aussi) un pare-choc enfoncé et une aile pliée. Ma Polo, j'essaie de la préserver et de la faire durer, pfffff, là j'ai un peu les boules... J'avais réussi à freiner et à éviter le chevreuil, mais au dernier moment, certainement pris de panique, il a fait demi-tour et BAM dans ma voiture. 

Jour 2 (et puis 3 et puis 4) - Après, il y a les malentendus familiaux qui continuent. C'est déjà compliqué de s'occuper d'une personne âgée, mais parfois la situation vous échappe à un tel point, c'est impressionnant.

Bref, un climat familial tendu et finalement des fêtes de Noël certainement moins cool que prévues. J'adore cette fête et je constate que tous les ans, il y a quelqu'un pour nous la pourrir... Je vais donc faire au mieux pour que mes enfants aient un beau Noël, les préserver et les protéger. Mais ça me laisse un goût amer et puis je suis en colère aussi. Oui, je sais, c'est moche.

Jour 3 - Enfin, mercredi soir, Candice est revenue en larmes de son cours de théâtre, qu'elle adore pourtant. Un gros chagrin que j'ai mis un long moment à consoler. Elle ne s'est vue attribuer qu'un tout petit rôle dans la pièce qu'ils joueront à la fin de l'année, quelques lignes seulement. Si elle prend des cours de théâtre, c'est aussi pour progresser et améliorer sa diction, car elle parle très (trop) vite et parfois on a dû mal à la comprendre. D'où certainement le fait qu'elle n'ait pas un rôle central à jouer. Mais c'est difficile à admettre pour elle et elle était tellement déçue... J'espère que malgré tout, elle va continuer à s'éclater avec ses copains et à s'amuser sur scène. A suivre les prochaines semaines...

Voilà, de minuscules tracas, mais qui mis bout à bout, m'ont pourris la semaine.

Je pourrais écrire aussi des choses positives, parce qu'heureusement il y en a eu plein, mais j'ai pas envie...

Allez, ouf, c'est le week-end !!!

1f8d7f1cba091b33618b26d4041c1d27

Je vous souhaite un doux week-end.

Posté par camparisoda à 19:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,