Une touche de lecture minuscule...

Mais malgré la rentrée, un emploi du temps chargé et tout et tout, j'ai quand même lu (un tout petit peu).

J'avais dit plus jamais de livre d'Édouard Louis et puis finalement j'ai récidivé.

Qui-a-tue-mon-pere

 

J'avais été horrifiée par son roman "En finir avec Eddy Bellegueule". Jusqu'à la nausée.

Là c'est différent, son récit est beaucoup plus politique, il porte un regard intelligent sur la misère humaine et sur le mépris des classes supérieures. 

"Qui a tué mon père" dénonce directement des hommes politiques, ceux qui ont maintenu son père dans la misère. Edouard Louis raconte comment les restrictions budgétaires actées par les derniers gouvernements ont détérioré sa vie : "Hollande, Valls, El Khomri, Hirsch, Sarkozy, Macron, Bertrand, Chirac. L’histoire de ta souffrance porte des noms".

C'est un texte à charge contre les responsables politiques français qu'il tient pour responsables de la douleur paternelle.

Édouard Louis se fait ici le porte-parole des classes populaires. Il crie la révolte de ceux que l'on ne voit pas, n'entend pas.

J'adhére totalement à son discours. Lisez-le : son récit est très court, en une heure c'est fait. Et vous aurez ensuite votre propre avis.