Je vais mieux. Il ne s’agit pas de moi, mais du titre d’un roman de David Foenkinos. Je l’ai découvert grâce à la bande-annonce du film tiré de ce livre, sorti il y a un mois environ, avec Eric Elmosnino dans le rôle principal.

Comme j’adore Foenkinos, j’ai préféré découvrir le roman, plutôt que le film.

Je-vais-mieux

Évidemment, j’ai été attirée par l’histoire : qui n’a jamais souffert terriblement du dos (ou d’ailleurs) sans en trouver la cause ? J’ai surtout eu envie de découvrir les petites phrases mille fois entendues, genre :

« Vous faites du sport ? Non ? Ben, voilà, ne cherchez pas… » (Degré de culpabilité + 10 000)

« Détendez-vous, enfin !!! » (C’est sûr, je le fais exprès…)

« Vous avez déjà consulté un psy ? Vous devriez essayer… » (Non seulement je souffre mais en plus je suis cinglée, cool !)

« Et la piscine, tu as essayé la piscine ? » (Ça marche aussi avec le Yoga, la relaxation, le vélo, etc.)

« Tu devrais voir un acupuncteur ! » (Ça marche aussi avec un magnétiseur, ostéopathe, kinésiologue, etc.)

« Vous ne pouvez pas rester dans cet état ! Mais je ne peux rien faire pour vous. » (= larmes + antidépresseurs)

Effectivement, on retrouve ce genre de propos et puis toutes les réactions un peu mystérieuses des médecins (Pourquoi il ne dit rien ? c’est grave ou pas ?). Ce bouquin m’a fait rire en fait, et m’a rassurée aussi ! Heureusement, contrairement au personnage, je n’ai pas ressenti le besoin de tout faire exploser autour de moi !

Ce fut mon unique lecture du mois de juin, mais j’ai adoré ce roman de David Foenkinos.